L'éducation et l'apprentissage trouvent des ressorts et des stratégies nouvelles intéressantes avec la télévision, les ordinateurs, les tablettes, le web, l'interactivité, les serious games,.. La créativité, l'expression et le partage sont également facilités et encouragés par ces outils. Pourtant, si les nouvelles technologies apportent indéniablement des opportunités nouvelles, la liste des griefs à leur encontre concernant leurs usages ne diminue pas : difficultés à trouver le sommeil, mal aux yeux ou maux de tête et de dos, défaut d'attention, de concentration, lobotomisation et manipulation des esprits.

La plupart des experts s'accordent sur l'idée qu'avant l'age de 3 ans, ces interfaces ne sont pas profitables aux enfants. Au-delà, il convient d'en maîtriser les usages. Mais que faire pour briser cette sidération éprouvée par certains sur Internet et les réseaux au détriment d'une vie sociale et d'une construction individuelle ? Et comment préserver les plus jeunes de la violence, la pornographie, l'intrusion, le harcèlement, l'embrigadement qui y sont largement présents ?

Limiter la consommation d'écran n'est pas la seule manière de s'opposer à ces dangers. Il est important que l'enfant, puis l'adolescente, apprenne à se protéger, que sa prise de risque soit calculée et que les parents et adultes soient présents pour lui si besoin.