Le numérique

17 avril 2018

Mentions légales

Les conditions d'utilisation de la plateforme de blogs et les règles à respecter.

Présentation

Le blog http://jeuneetnumerique.canalblog.com/ est un blog créé dans le cadre du Module Expression, Communication, Documentation du Lycée d'Aix-Valabre.

Éditeur

Responsable de la rédaction du blog : CLOITRE Rémi.

Hébergement

Le service http://jeuneetnumerique.canalblog.com/ est hébergé par Canalblog.

Propriété intellectuelle    Synthèses de documents et sources d'informations utilisées sont publiées dans la Bibliographie.

Protection des données personnelles 

Aucune information personnelle n'est collectée à votre insu. Aucune information personnelle n'est cédée à des tiers.

Conditions d'utilisation du site

L'utilisateur de ce site reconnaît disposer de la compétence et des moyens nécessaires pour accéder et utiliser ce site. Il est invité à respecter les bons usages de l'Internet, en particulier, dans l'utilisation des adresses électroniques qui y figurent.

Posté par BTSGPN2017 à 15:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les jeunes passent-ils trop de temps sur les écrans ?

L'éducation et l'apprentissage trouvent des ressorts et des stratégies nouvelles intéressantes avec la télévision, les ordinateurs, les tablettes, le web, l'interactivité, les serious games,.. La créativité, l'expression et le partage sont également facilités et encouragés par ces outils. Pourtant, si les nouvelles technologies apportent indéniablement des opportunités nouvelles, la liste des griefs à leur encontre concernant leurs usages ne diminue pas : difficultés à trouver le sommeil, mal aux yeux ou maux de tête et de dos, défaut d'attention, de concentration, lobotomisation et manipulation des esprits.

La plupart des experts s'accordent sur l'idée qu'avant l'age de 3 ans, ces interfaces ne sont pas profitables aux enfants. Au-delà, il convient d'en maîtriser les usages. Mais que faire pour briser cette sidération éprouvée par certains sur Internet et les réseaux au détriment d'une vie sociale et d'une construction individuelle ? Et comment préserver les plus jeunes de la violence, la pornographie, l'intrusion, le harcèlement, l'embrigadement qui y sont largement présents ?

Limiter la consommation d'écran n'est pas la seule manière de s'opposer à ces dangers. Il est important que l'enfant, puis l'adolescente, apprenne à se protéger, que sa prise de risque soit calculée et que les parents et adultes soient présents pour lui si besoin.

Posté par BTSGPN2017 à 14:52 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Que cherchent les jeunes sur les réseaux sociaux ?

Internet est un formidable réservoir d'information auquel ont recours les jeunes. Leurs réflexes sont aujourd'hui bien huilés autour de quelques sources préférées : Google voire Wikipédia pour l'info, Facebook, Twitter pour le suivi des communautés, et pour beaucoup Youtube - le chouchou - pour s'exprimer, voir, suivre et chercher. 

Internet, les réseaux sociaux et l’usage grandissant des mobiles permettent surtout aux adolescents de se retrouver, d’échanger sur leurs expériences,  de développer des relations à distance des pouvoirs institués (famille, école,…). Des applications mobiles de messagerie instantanée comme Whatsapp ou Snapchat sont clairement plébiscitées par les adolescents. Elles requièrent une connexion mais pas de forfait téléphonique et peuvent être un moyen gratuit de communication. Les messages et photos jointes sont parfois programmés pour être détruits après consultation.

Les jeux vidéos ne cessent de se perfectionner offrant des espaces virtuels illimités. C'est sur les jeux connectés sur Internet massivement multijoueurs (MMO) que les temps moyens de jeu sont les plus élevés. Les pratiques excessives de ces jeux sont souvent associées à la déclaration de problèmes avec les parents, à l’école ou au travail, et des problèmes d’argent.

L’exposition de soi à travers la création de son identité numérique, le passage d'une identité à l'autre, le changement d'identité en changeant de communauté semble faire partie des plaisirs recherchés sur le net et les réseaux sociaux.
La possibilité d’exprimer son adhésion et d’être suivi-e, aimé-e, sur son profil, ses publications (texte, photo, vidéo), ses évènements, fait également l’objet de beaucoup d’intérêt chez certains jeunes. Rappelons que ces nouveaux outils font la part belle à la création graphique, audio, photo et vidéo avec des applis et de services en ligne (dont beaucoup sont simples et gratuits) qui permettent à chacun de multiplier les formes d'expression.

Posté par BTSGPN2017 à 14:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vie privée, intimité, sexualité : quelles précautions sur le net ?

Sur Internet et les réseaux sociaux, à l'abri des parents et des autres institutions, les jeunes se lâchent : ils s'épanchent, évoquent certains aspects débridés de leur vie, relatent la bêtise de leurs pairs, flirtent, s'exercent et se testent à la pratique de la séduction. Selon eux, l'échange à distance leur permet de moins s'exposer, de ne pas prendre de risque.

Pourtant, il convient de se méfier. Si aujourd'hui les jeunes savent très bien garder leurs données privées face au monde des parents et des institutions, la protection est moins scrupuleuse avec leur cercle d' "amis"  côtoyés sur le net. Or une information, photo, vidéo est si vite reproduite et diffusée sur un réseau.

Tracées par les machines, nos navigations et actions sur le web et les réseaux sociaux sont conservées, archivées et mémorisées. Le marché des données explose : qui captera cette valeur, à quelles fins et dans quelles conditions ? La banque que vous sollicitez pour un prêt, l'employeur chez qui vous candidatez, la compagnie d'assurance chez qui vous cherchez une couverture à moindre prix.

Posté par BTSGPN2017 à 14:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Cyber-harcèlement : comment le détecter et quoi faire ?

Le harcèlement c'est quand un enfant ou un jeune devient la cible d'une personne ou d'un groupe de personnes : de manière répétée et sur une longue durée, il ou elle subit des moqueries ou insultes. De fausses rumeurs à son propos peuvent également être mises en circulation. Quand elles ont lieu sur le Web ou les réseaux sociaux, ces attaques désemparent d'autant plus que, pour beaucoup, Internet apparaît comme une zone de non-droit où il est difficile de porter plainte (certains agissent d'ailleurs de manière plus ou moins anonyme). Quant à effacer les contenus incriminés cela semble également illusoire d'autant plus que parfois ces contenus sont dupliqués et démultipliés.

Il y a pourtant des choses à faire et à ne pas faire dans ces situations. Ne pas surenchérir en ligne et en parler à une personne de confiance, en face à face, comme une parente, professeure, directeur d'école, psychologue scolaire, association d'écoute. Il existe aussi des lois et des recours que l'on peut saisir. Des organismes et associations spécialisés peuvent également être consultés.

Première harceleuse à laquelle personne n'échappe tout à fait : la pub ! Et les jeunes sont une cible commerciale privilégiée. Commencer par éviter de "liker" les marques ou les distributeurs évite d'être reconnue comme un sujet de consommation. Il existe des logiciels à installer sur son ordinateur et sur son smartphone pour minimiser ce harcèlement par les publicités.

Posté par BTSGPN2017 à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Communication virtuelle

Ces dernières années, les gens sont devenus beaucoup moins d'interagir les uns avec les autres verbalement. Communication dans les réseaux sociaux beaucoup de courrier a remplacé réel. Une situation où l'autre personne qui raconte leurs pensées et il ne regarde pas dans les yeux, typique d'aujourd'hui. Un grand nombre d'adolescents sont littéralement coller à l'écran, l'échange de messages personnels avec des étrangers.

Il convient de rappeler que le chat en direct est toujours préférable au virtuel. Les jeunes hommes semblent souvent que personne ne comprend, et seule la personne à l'autre bout de la planète a partagé leurs pensées et sentiments. En fait, ce qui est très trompeur en raison de la quête romantique de sa jeunesse. La communication virtuelle en général aide l'adolescent à enlever la tension émotionnelle, de trouver des gens partageant les mêmes idées, d'apprendre de nouvelles choses. La plupart des jeunes vont prendre un certain temps pour apprendre à se comprendre, à accepter les événements sans peur et des attitudes négatives.

Posté par BTSGPN2017 à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LA COMMUNICATION

La communication est le moyen qu’utilise un émetteur pour faire connaître ses idées ainsi que ses sentiments à un récepteur qui, à son tour, deviendra émetteur pour lui transmettre sa réponse. Dans notre société, la communication interpersonnelle prend une place très importante puisqu’elle nous permet d’entrer en relation avec nos parents, nos enfants, nos ami(e)s, nos collègues de travail ou les gens autour de nous. Or, lorsque l’on se retrouve au cœur d’un conflit parce que l’on s’est mal exprimé ou que l’on a mal compris un message, on s’aperçoit bien vite que l’art de communiquer n’est pas aussi simple qu’il en a l’air et qu’il ne nous est pas naturel mais, au contraire, qu’il doit être appris et maîtrisé.

Fût un temps, la communication entre les personne se faisait par le moyen du face à face. L’utilisation du téléphone portable n’existait pas car le téléphone ne fût pas encore créé ou parce que les forfaits téléphoniques, lors du lancement des opérateurs, n’étaient pas aussi complet qu’aujourd’hui.

De nos jours les jeunes utilisent énormément la nouvelle technologie pour communiquer entre eux ou avec d’autres usagers, que se soit sur les réseaux sociaux, ou par message ou pour passer des appels téléphoniques. Les nouvelles technologies permettent de rendre la communication et le partage d’information beaucoup faciles. Elles permettent par exemples de pouvoir transmettre des CV et des lettres de motivation par e-mail sans avoir à se déplacer, à donner rendez-vous à des personnes sans avoir besoin de voir la personne, à se localiser grâce aux GPS présents sur les téléphones, ou encore à pourvoir écrire des mémos sans utiliser de papier. Ces nouvelles technologies permettent un nombre infinis d’actions et d’avantages qui sont la clé de leur succès.

L’utilisation du numérique commence de plus en plus tôt chez les jeunes du fait de la nouvelles génération qui est plus accès sur le numérique et sur les technologies, que les précédentes. Ces générations sont accès sur la technologie car ils prennent exemples sur les générations qui les précèdent, leurs ainés, leurs parents qui montrent « l’exemple » à suivre. L’exemple n’est pas le bon terme selon certains scientifiques qui pensent que les nouvelles technologies chez les jeunes ne sont pas une bonne chose.

Posté par BTSGPN2017 à 14:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Il faut « développer la culture numérique dès le plus jeune âge »

« Au même titre que le français, les mathématiques, l’histoire-géographie ou les langues étrangères, l’informatique doit entrer dans le socle commun de compétences de l’ensemble des Français. » THOMAS SAMSON

 

Pouvons-nous continuer à ignorer la faible culture numérique de nos enfants comme de certains de nos concitoyens, qui s’en trouvent fragilisés ? Resterons-nous sans agir face à la pénurie avérée de femmes et d’hommes disposant de savoir-faire dans ce domaine ? Cette pénurie touche non seulement les entreprises du secteur, mais aussi l’ensemble de l’économie, entravant son essor.

Face à ce constat préoccupant, et dans le cadre du débat actuel sur la réforme du lycée et du baccalauréat, l’écosystème numérique se mobilise et demande l’introduction d’un enseignement de l’informatique à tous les niveaux de l’éducation nationale, dans les cursus généraux, technologiques et professionnels ainsi que sa conséquence logique, la création d’un Capes et d’une agrégation d’informatique.

Il est impératif que l’ensemble de la population dispose de connaissances minimales en « humanités numériques », c’est-à-dire de la capacité à évoluer avec discernement et lucidité dans ce monde numérique. Ainsi, nos concitoyens seront en mesure d’y intervenir en tant que consommateurs-acteurs responsables : acteurs économiques, usagers et citoyens.

Il faut agir dès l’école et auprès des plus jeunes afin de développer chez eux la culture numérique, de les initier aux fondamentaux de l’informatique et du raisonnement algorithmique.

Car comprendre les principes de fonctionnement des outils numériques et être à l’aise avec leur usage permet de prendre part aux activités économiques et sociales.

Posté par BTSGPN2017 à 14:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LES TELEPHONES PORTABLES DANS LES COLLEGES

  • La loi interdit déjà l’usage du portable

L’usage du portable, parfois source de conflit dans les familles, est de plus en plus répandu dans les salles de classe et les cours de récréation. En 2015, plus de huit adolescents sur dix étaient équipés en smartphone, selon une étude du centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc), contre deux sur dix en 2011. La tendance gagne même l’école primaire, où les élèves commencent à en être dotés parfois dès le CM1, lorsqu’ils commencent à se rendre seuls à l’école.

En théorie, les portables devraient rester éteints dans les sacs, mais c’est loin d’être le cas. Le code de l’éducation précise que le téléphone est interdit « durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur » de chaque établissement, en règle générale les centres de documentation et d’information (CDI), les couloirs, la cantine et la cours de récréation… « Mais, c’est extrêmement difficile à faire respecter », fait remarquer Valérie Sipahimalani, enseignante et secrétaire générale adjointe du Syndicat national des enseignants du second degré (SNES-FSU), notamment à cause du nombre de surveillants qui a tendance à diminuer.

  • Une interdiction difficile à appliquer

Pour prouver la faisabilité de sa proposition, le ministre de l’éducation a souligné, dimanche, qu’un tel bannissement du portable « existe déjà » dans certains établissements : « Il y a des collèges qui réussissent à le faire. » En effet, dans certains établissements, des professeurs collectent les appareils au début du cours afin de s’assurer que leurs élèves ne soient pas tentés d’ouvrir leur sac afin d’y jeter un œil. Mais, là aussi, Mme Sipahimalani témoigne des difficultés rencontrées par les professeurs pour faire appliquer le règlement intérieur. D’autant qu’« un enseignant n’a pas le droit de fouiller les élèves, ni le droit de confisquer un téléphone car il ne s’agit pas d’un objet dangereux », explique-t-elle.

Claire Krepper, enseignante et secrétaire nationale du syndicat SE-UNSA, dénonce pour sa part « une annonce purement médiatique » et « anecdotique par apport à d’autres sujets comme le recrutement des enseignants, leur formation ou la maîtrise des outils numériques ». Selon elle, l’interdiction absolue est impossible à cause du « manque de moyens ».

« Les professeurs ne vont pas se transformer en police du portable alors qu’ils n’ont déjà pas le temps suffisant pour mener à bien l’apprentissage. »

« Les élèves sont accros à leur téléphone, c’est un vrai fléau », témoignait, il y a quelques mois auprès du Monde, Xavier Bessière, professeur de droit maritime au lycée professionnel de Sète (Hérault). Pas un cours sans que cet enseignant n’ait à rappeler la règle à un « pianoteur » qui tente de dissimuler l’objet du délit sous sa table. « On ferme les yeux, c’est certain, parce qu’on ne peut pas lutter, on ferait le gendarme tout le temps », concède-t-il.

Pour ménager les enseignants, il y a quelques semaines, Jean-Michel Blanquer proposait que des « casiers fermés » soient installés à l’extérieur des classes pour que les élèves puissent déposer, le matin, leur téléphone. Mais, encore une fois, la mesure semble difficilement réalisable, notamment à cause du budget des établissements, « déjà au plus bas », regrette la secrétaire générale adjointe du SNES-FSU.

« Ça nous paraît extrêmement compliqué. Est-ce qu’on doit transformer un collège en consigne géante ? », s’est ainsi interrogé, au micro de RTL, Philippe Vincent, secrétaire général adjoint du Syndicat national des personnels de direction de l’éducation nationale (SNPDEN). Avant d’ajouter :

« Je faisais un petit calcul : 5 300 collèges publics, 500 élèves en moyenne, ça fait en moyenne 3 millions de casiers. »

Et un investissement financier conséquent pour les conseils départementaux chargés de l’entretien des collèges.

  • L’intérêt pédagogique des téléphones portables

Certains enseignants comme Claire Krepper estiment, par ailleurs, que l’usage « raisonné et raisonnable » du téléphone portable « sous le contrôle de l’enseignant » peut être utile. Dès lors, les élèves peuvent s’en servir pour « prendre en photo un tableau quand ils n’ont pas eu le temps de copier le cours » ou « s’en servir pour chercher une information ».

Arnaud Coriton, enseignant d’économie-gestion au lycée Henri-Wallon, à Aubervilliers, qui avait raconté il y a quelques mois, au Monde, a ainsi pris le parti de laisser les téléphones entrer en classe. Calculatrice, photocopieur, enregistreur, autant leur apprendre à l’utiliser intelligemment. Et les possibilités de ces bijoux de technologie sont infinies en physique (photos d’expériences, chronomètre, boussole, etc.) comme en anglais (partage de documents sonores) ou en français (recherches documentaires, de définitions, etc.).

Professeur de physique-chimie, Antoine Renier encourage, lui aussi, très souvent ses élèves à chercher un résultat sur leur téléphone. « C’est très positif, l’élève devient acteur de la construction du savoir, il apprend à trier les informations… Un élève se souviendra d’autant mieux des difficultés qu’il a rencontrées qu’il les aura surmontées lui-même. »

Posté par BTSGPN2017 à 13:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Editorial - "Numérique"

A l’origine le mot « Informatique » provient du mot « information » et du mot « automatique » et est devenu « Numérique ».

L’informatique est la science du traitement automatique et rationnel de l’information, considérée comme le support des connaissances et des communications. Il s’agit également des applications de cette science mettant en œuvre des matériels et logiciels.

Le premier ordinateur fut mis au point en 1946. Il mesurait 30 m de long et 3 m de haut et consommait énormément d'électricité et ses possibilités de calcul étaient inférieures à celles d'un micro-ordinateur d'aujourd'hui.

L’informatique a connu 4 âges. Le premier date de l’époque pionnière en 1960 grâce aux ordinateurs pouvant exécuter des opérations de lecture et d'écriture sur des cartes perforées (un souvenir de la mécanographie), sur des bandes de papier perforées (un souvenir de la télégraphie), sur des bandes magnétiques (un souvenir des premiers magnétophones) ou sur des disques (un souvenir des gramophones). Puis au milieu des années 70 où sont apparus de nouveaux types de machines informatiques avec disque dur, écran et clavier. Ensuite à la fin des années 70 car les coûts des logiciels occupent une part prépondérante dans le prix de revient des systèmes. Et pour finir au XXème siècle grâce à internet et au web 2.0 qui a crée une véritable révolution de l’information, car la transmission d’information est devenue possible d’un bout à l’autre de la planète.

Le relationnel homme/machine s’est énormément amélioré depuis sa création, grâce à des logiciels d’interaction entre la machine et l’homme.

On peut cependant remarquer que la partie sud du monde à moins accès que le nord, à cette nouveauté, le numérique, car le développement n’est pas le même comme par exemple le projet Bill Gates en Afrique. Ce projet consiste à avoir un impact réel et durable pour les personnes présentant les plus grandes difficultés, depuis la recherche de pointe en matière de santé et d'agriculture dans les laboratoires les plus sophistiqués du monde jusqu'aux approches innovantes en passant par la fourniture de biens et services publics de base aux familles et communautés.

Plusieurs questions se soulèvent alors, comme quelle est la place du numérique aujourd’hui dans le monde de la communication, des entreprises, du développement et des recherches?

Posté par BTSGPN2017 à 13:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]